Des formations aux métiers du bois et de la forêt de la 4ème à la Licence pro et au Bachelor TC

Bac Pro Forêt

Bac Pro Forêt

Un exemple de tournée en Bac pro FORET...

Dépaysement dans l’Ain !!

En mars 2013, les élèves de bac pro Forêt sont allés à la rencontre des professionnels de la filière dans un territoire très différent de leur contexte habituel : l’Ain. L’objectif était d’aborder les questions environnementales à travers les pratiques de différents acteurs de la forêt.

La Dombes, au cœur de la multifonctionnalité des forêts

La Dombes est un espace naturel riche et exploité : la forêt produit du bois de qualité, elle est l’habitat d’une faune prisée par les chasseurs, elle est limitrophe des étangs et des terres agricoles riches. Dans ce contexte, les propriétaires sont tentés de privilégier les intérêts de la chasse, louée parfois 50€/ha ! Mais le forestier voit le potentiel de production de bois avec ici des essences à croissance rapide.

Mme Piers est technicien CRPF. Son rôle consiste à informer  les propriétaires des pratiques sylvicoles adaptées à leur forêt : elle essaye ainsi de réconcilier les différents usagers et de favoriser la multifonctionnalité de la forêt.

L’approche « sylviculture continue » à Montagnat

 

C’est dans un ancien parc de château que Monsieur BUGNOT, expert forestier, nous a accueilli. Qui dit parc, dit essences très diversifiées !

Nous étions loin d’imaginer ce que la forêt pouvait abriter : du sapin pectiné ! Ce montagnard se plaît apparemment à 200 m d’altitude. Son secret ? Sa capacité d’adaptation  à une station à hydromorphie temporaire et à pluviométrie supérieure à 900mm/an, bien répartie. Ses voisins étaient tout aussi surprenants : les chênes rouges d’Amérique.  Ce chêne au feuillage et à la croissance si remarquable a été introduit dans la région il y a 1 siècle et il s’y est trouvé à son aise. A tel point qu’il est qualifié d’espèce invasive : il envahit naturellement les sous- bois grâce à sa régénération prolifique puis il étouffe les semis d’essences autochtones.

L’approche de M Bugnot consiste à vouloir valoriser l’existant sans jamais pratiquer de coupes rases. Ainsi il produit des gros bois avec les essences présentes, il adapte le système d’exploitation à la station en évitant le débardage quand les sols sont engorgés et il essaye de travailler au profit des plus beaux sujets d’essences non invasives : c’est cela la sylviculture continue.

Les pratiques de l’ONF en forêt de Seillon

Monsieur Dumas nous a ouvert les portes de la forêt périurbaine de Bourg en Bresse. Après quelques observations des peuplements de chêne sessile et chêne pédonculé, nous avons découvert ce qui se cachait sous nos pieds : avec la tarière pédologique nous avons pu comprendre les effets de l’eau dans un sol limoneux avec plancher imperméable à environ 60cm.

Cette eau si précieuse a été pendant longtemps évacuée de la forêt pour alimenter en eau les étangs artificiels de la Dombes pour la pisciculture. (ONF4  ou  4bis) Seulement en été, cette eau manque à la forêt. Les forestiers tentent de prolonger le temps d’évacuation pour que les arbres puissent bénéficier de cette ressource indispensable le plus longtemps possible : c’est ainsi que la forêt fait office de zone tampon.

L’aménagiste de l’ONF nous a ensuite conduit au cœur d’une zone de « naturalité ». Dans une parcelle de quelques hectares, les arbres vont vieillir puis dépérir. Ils vont fournir du bois mort, d’abord sur pieds puis au sol. Cet écosystème sera alors une zone privilégiée pour le développement de la faune, tels les lucanes et les pics épeiches, et de la flore(ONF7) : c’est l’objectif donné à cet îlot de senescence.

 

Des passionnés de faune sauvage et des passionnés de foresterie

La dernière journée nous a réservé un spectacle exceptionnel : une collection de mammifères et d’oiseaux de nos forêts. Nous les entendons souvent mais nous ne  les voyons que trop rarement. L’école de la chasse et de la nature expose des animaux empaillés. De l’hermine au lynx, de la bécasse au vautour, les salles du château dévoilent des mises en scène rappelant les habitats naturels de cette faune. C’est un chasseur collectionneur qui a fait don de ces spécimens à la fédération des chasseurs de l’Ain. M Griffon, président de la fédération, nous a fait la visite guidée de ce lieu hors du commun, digne d’un Museum d’histoire naturel.

A travers la visite et les informations concernant la pratique de la chasse dans les forêts de l’Ain, nous avons pu constater que la chasse est d’abord une histoire de passionnés de faune sauvage.

Le voyage s’est achevé par la visite (sous la pluie !) d’une plantation de douglas vert à Oyonnax. Ce sont deux jeunes entrepreneurs de travaux forestiers (Société avenir forestier, Vaganay), l’un gestionnaire et l’autre sylviculteur, qui nous ont fait vivre leur passion de la foresterie : de la plantation à la vente du bois.

Un grand merci à tous les acteurs du territoire qui nous ont accueillis.

 

Les élèves de Terminale Forêt et leurs enseignants.

Flux RSS