Des formations aux métiers du bois et de la forêt de la 4ème à la Licence pro et au Bachelor TC

Visite d'importateurs de bois tropicaux par les licence pro gestion et commercialisation des produits de la filière forestière

Visite d'importateurs de bois tropicaux par les licence pro gestion et commercialisation des produits de la filière forestière

L'importation des bois TROPICAUX, une activité en mutation. 

Les étudiants de la licence professionnelle gestion et commercialisation des produits de la filière forestière ont eu l'occasion d'appréhender 2 importateurs de bois TROPICAUX le 14 décembre 2018 à Sète dans le cadre d'une série de visites en entreprise organisées dans le but d'ajouter une dimension pratique aux enseignements théoriques dispensés à la faculté de Valence.

Thierry Meha a reçu les étudiants de la licence professionnelle le 14 décembre dernier et leur a présenté l'activité de Jammes Sud, importateur historique de bois TROPICAUX. Ce fut une occasion de partager sa riche expérience du métier avec les élèves.

Jammes Sud est une filiale du groupe F. Jammes dont le cœur d'activité est le négoce de bois provenant des 3 continents . Sur le site de Sète, 6000 m3 de bois sont stockés, sur une surface de 2ha environ. La provenance de ces bois est équitablement répartie entre l'Afrique, l'Amérique du Sud et l'Asie.

La marchandise transite par les ports de LAPALLICE, d'Anvers, Le Havre ou encore FOS et est ensuite acheminée par la route.

L'activité de négoce de bois exotique est une activité exigeante, pour laquelle il convient de travailler de manière rigoureuse : contrôle qualité, contrôle de l'essence, mesurage, autant de paramètres qui requièrent expérience et professionnalisme. La traçabilité est notamment un critère très important dans les commerce des bois exotiques compte-tenu de la distance et/ou du grand nombre d'interlocuteurs il est essentiel de de vérifier tous les éléments de la transaction explique le gérant : numéro de contrat, numéro d'acheteur, essence AD ou KD, épaisseur et largeur... Cette activité a connu ces dernières années de nombreux changements pour 2 raisons très liées : la raréfaction de la ressource, et la demande croissante d'éthique environnementale de la part des clients finaux.

Ainsi, l'Europe a par exemple mis en place un « règlement bois » (le RBUE) que les entreprises de négoce de bois se doivent de respecter. Il se matérialise par une collaboration avec les Etats producteurs d'une part (APV = accords de partenariats volontaire mis en place avec les Etats qui souhaitent mettre en place la conformité de leur production avec les exigences européennes NDLR) , et la mise en place d'une « dilligence raisonnée » impliquant directement les entreprises importatrices en les responsabilisant dans leur processus d'achat de  bois. Les entreprises comme F. Jammes ont donc dû adapter leur process en fonction.

L'autre aspect de ce commerce qui évolue ces derniers temps a trait à la transformation des bois : si historiquement des entreprises comme F. Jammes importaient des grumes qu'elles revendaient ainsi ou transformaient à leur arrivée en France, aujourd'hui il se négocie de plus en plus de bois transformés. Les clients finaux sont demandeurs de produits transformés, plus faciles à stocker et à travailler, et les pays exportateurs sont de plus en plus nombreux à prendre la main sur les 1ère et 2ème transformations. Le négoce d'avivés, bois rabotés et collés ou aboutés est de plus en plus important.

Il reste toutefois possible de se démarquer en tant qu'importateur grâce à la commercialisation d'essences recherchées rappelle Thierry Méha : c'est le cas de  Jammes Sud avec le Fraké bariolé, une essence qui, en développant une coloration due à des champignons intra-sol à la montée de la sève fait que le bois présente un aspect vraiment atypique.

En somme, Thierry Meha a pu voir l'import de bois évoluer au cour des années, parti des  expéditions en forêt tropicale pour marteler les arbres des concessions et l’abatage a la hache, jusqu'à la mondialisation et la mécanisation (expédition en container de produits transformés) et la mort de l'importation de plots bruts : il ne reste plus beaucoup d'importateurs dans son genre aujourd'hui en France !

Cette sortie a permis aux étudiants de découvrir concrètement le métier d'importateur de bois tropicaux par le prisme d'un homme de terrain qui a pu leur faire passer son amour et sa connaissance du métier.

Charlotte Rich, Victor Gardet, Simon lantus, Benjamin Salomon, Guillaume Pallandre

 

Fil RSS

Flux RSS